Christian Bobin aan Pierre Soulages

‘Je suis l’instrument du dieu qui n’existe pas. Je viens te le rendre visible en cette nuit de ton anniversaire, ce 24 décembre 2018. (…) Je verse Dieu sur le langage, Pierre, de même que tu étales la coulée noire sur la toile pour faire valoir, par l’accident d’un trait, une lumière dont on ignore tout. Ils sont drôles, les lettrés. À peine entendent-ils le mot “Dieu” qu’ils se font le visage d’acier d’un bourgeois devant une faute de goût. Mais quoi: ce nom illumine toutes les langues. Il est l’unique bien des pauvres. Je crois aux puissances réalisatrices du langage. Écrit avec la douceur qui convient, le mot “neige” descend sur la page. Le mot “lumière” guérit nos yeux. Quant au mot “Dieu”, son silence s’approfondit jusqu’à l’humain.’

Christian Bobin, Pierre,, Gallimard, Paris, 2019, p. 34 en 70.

Pierre Soulages wordt vandaag 100. – Expositie in het Louvre: https://www.dw.com/en/master-of-black-pierre-soulages-gets-louvre-retrospective-for-his-100th-birthday/a-51596097  –  Bobin: ‘La plus belle salle d’exposition pour tes outrenoirs ce n’est pas le Louvre qui s’apprête à te donner une de ses salles – mais un garage pourri dans un village de campagne.’ (32)