76 – Droit over populisme of ochlocratie.

‘Sous la pression des populismes, les sautes d’humeur gagnent la vie politique, au détriment de la rationalité et du long terme. Un mot, en grec ancien, servait à nommer ce détraquement: ochlocratie.
Ochlos désigne “la foule” et ce qu’elle a de chaotique, de tumultueux, de désordonné et d’imprévisible – par opposition à demos, le peuple. En démocratie, le pouvoir du peuple est encadré par les lois qu’il s’est données à lui-même. Les décisions proviennent des citoyens, censés délibérer avec logique, car supposés suffisamment éduqués et informés pour avoir des avis éclairés et raisonnables.
À l’opposé, quand dominent la cohue, les émotions de masse, les états d’âme de la multitude, ce système s’affaisse. Flottant au gré des passions populaires, emportée par la foule, la démocratie, de pressions en dépressions, peut sombrer. La populace remplace le peuple, un autre régime s’installe, l’ochlocratie, qui naît “de la démocratie, lorsque le peuple devient insolent et qu’il méprise les lois.” C’est ce que soutient Polybe, au livre VI de ses Histoires, qui constituent un abrégé des pensées politiques grecques classiques, s’inspirant notamment de Platon.’

– Roger-Pol Droit, Et si Platon revenait…, Albin Michel, Paris, 2018, p. 139.

“Uit de bandeloosheid en het wetteloze gedrag van het volk komt mettertijd de ochlocratie [de heerschappij van de massa] tevoorschijn.” (Polybios, Wereldgeschiedenis 264-145 v.Chr. 6.4- vert. Wolther Kassies)