56 – Gastvrijheid in Homeros’ Odyssee

‘La raison d’être fondamentale de cet impératif de l’hospitalité se trouve en fait énoncée de manière très explicite par Ménélas, au moment où deux jeunes étrangers (Télémaque et Pisitrate) se présentent à la porte de son palais et demandent l’hospitalité. Il ordonne de les faire entrer et ajoute ce commentaire à l’intention de son compagnon Etéoneus:

“Combien de fois, avant de rentrer au logis (en revenant de Troie), n’avons-nous pas, tous deux, mangé le pain des autres? Et plaise à Zeus que nous soyons toujours à l’abri de ces maux! Dételle leurs chevaux et cours nous amener ces hôtes au festin.” (Od. IV,33-36).

Ménélas invoque ainsi une sorte de principe de réciprocité généralisée qui fait que dans un monde où chacun peut se trouver sur les routes et connaître la nécessité d’avoir à demander l’hospitalité, l’accueil de l’étranger est une obligation incontournable, à laquelle personne ne peut se dérober.

– Évelyne Scheid-Tissinier, Les origines de la cité grecque. Homère et son temps, Armand Colin, Paris-Malakoff, 2017, p. 201.

Jean-Jacques Lagrenée, Helena herkent Telemachos bij Menelaos , 1795 (Hermitage, Sint-Petersburg)