43 – Sylvain Tesson over de ‘Athena Skèptomenè’ (ca. 480 v.C.)

‘Dans le musée de l’Acropole, à Athènes, une stèle représente la déesse Athéna coiffée d’un casque, appuyée sur sa lance, contemplant mélancholiquement une borne de pierre servant à délimiter les distances d’un stade. […] Elle porte le titre d’Athéna skeptoméné, “Athéna en méditation”. D’après les exégètes, la sculpture symboliserait la réflexion de la déesse devant ce qui limite, ce qui ordonne, ce qui tempère les oeuvres, les espérances, les ambitions des hommes. À l’opposé, les Modernes que nous sommes croient pouvoir dépasser toute mesure. On rêve de vivre mille ans, on espère augmenter la réalité, on tripatouille le génie, on veut “recréer les monts et les mers et les plaines, d’après une autre volonté”, selon le vers monstrueux d’ Émile Verhaeren. Je songe en contemplant la stèle grecque à une discipline de l’apnée sportive, le No limit. L’expression seule contredit et insulte la noblesse d’Athéna. […]’ – Sylvain Tesson, Une très légère oscillation. Journal 2014-2017, Équateurs, Paris, 2017, p. 69.