5 – Nikos Aliagas en de waarheid

Toen zijn dochtertje Agathe twee jaar werd, schreef de Franse journalist en mediaman van Griekse afkomst, Nikos Aliagas, een boek waarin hij haar vertelt hoe het antieke Hellas hem hielp op de sleutelmomenten van zijn leven. De hoofdstukken kregen als ondertitels o.m. Mètis, Psychè, Philia. Uit het laatste hoofdstuk Ma vérité, ta vérité, leur vérité… Alètheia: ‘La force de notre langue millénaire, c’est de nous proposer plusieurs mots pour dire la vérité, parmi lesquels etumon, la Vérité avec un grand V, celle que l’on cherche toute sa vie, et alètheia qui, étymologiquement, veut dire le “non-oubli”. … Le mot désigne une attitude, une parole, il ne précise pas l’objet de la quête. La vérité ne vise pas un absolu ou quelque chose d’universel mais se veut juste et confiante, quoique soumise à l’erreur. Être dans la vérité consiste à faire oeuvre de mémoire, et c’est pourquoi l’alètheia est fondamentale pour les Anciens: elle permet d’assurer la cohésion d’un groupe. Elle invite à se souvenir des conventions qui nous permettent de vivre ensemble et de savoir qui l’on est’  – Nikos Aliagas, Ce que j’aimerais te dire, Nil, Parijs, 2014, p. 158-161.